Je vous gâte : avant-première

Publié le par Patrick Germain

Lienne

À l'heure de l'épine, quand fleurit le printemps,
j'irai comme un amant vers l'onde cristalline.
De rochers en racines, sous un nuage blanc,
je prendrai en rêvant la sente qui chemine
sur la croupe mutine du vallon murmurant ;
y poser en passant ma trace pèlerine,
ajouter ma patine à celle d'un enfant,
mon père, poursuivant les fées de la colline.
J'irai comme on devine ce qui compte vraiment :
un ruisseau, le beau temps, une fleur sur des ruines,
un amour de cousine, les rires et les chants.

(tiré du manuscrit de "Quand fleurira l'Épine")



Publié dans Bardiques

Commenter cet article

T.Brass 10/11/2008 13:11

Salut vieille branche ! En tapant "ARDUENN" sur glouglou quellle joie pétillante de voir en premier un blog du Germain Patoche ! Et d'y re-découvrir le Sanglier adoré de 'l'Arduenn non moins adorée ! Et c'est avec Alan Stivell dans les noreilles que je t'écris ceci ( pour l'ambiance ) Super beau "Quand fleurira l'Epine" tu m'en réserves un exemplaire ! Allez je t'embrasse du bout des racines Thierry

Patrick Germain 22/11/2008 13:34



Salut, Amarok !

Stivell, oui : on peut tomber plus mal côté climat... et par le côté visionnaire. Savoure bien les paysages d'Arduenn avant de faire le grand saut vers le Yukon...
cette manie de foutre le camp au Canada... le barde se fait rare, ici, ces temps derniers... plein de bouquins sur l'Ardenne, mais si peu avec elle... dissections... brrrr...

Mais bon, si l'amour d'un terroir ne conduit pas à celui de la Terre-Mère et de l'Univers à travers elle, ça devient un folklore... mort, au mieux... isolationniste,
au pire... Donc, si vos racines vous disent d'aller là-bas : va pour le Yukon ou la Gaspésie ;-)

Je t'embrasse, Fils de l'If, ailleurs est à deux pas ;-)

Mab Taran