Considérations sur l'art en général (1/?)

Publié le par Patrick Germain

La réflexion sur son art est indissociable de la notion même d'artiste. Il n'y a pas d'artiste sans réflexion sur le sens de l'art. En ce sens l'artefact peut être, mais n'est pas implicitement de l'art. Il existe selon moi une différence nette entre l'art et la création, entre la création et la créativité.

Ceci ne sous-tend aucune hiérarchie de valeurs, qu'elles soient techniques ou intellectuelles, mais établit des distinctions : savoir de qui, et, partant, de quoi, l'on parle.

---oooOooo---

Constatant au passage qu'il y a bel et bien réflexion sur l'acte de la part d'artistes handicapés mentaux ou de la part de “ primitifs „, la notion d'art “ spontané „ n'a, selon moi, aucun sens. D'une part parce que la notion même de spontanéité – à l'instar de celle d'objectivité - est un leurre* ; d'autre part parce que, la notion de compétition n'ayant aucun sens en matière d'art, le postulat selon lequel il existerait un art “ spontané „ et un autre établit une catégorisation qui dépasse de loin les simples critères de parenté esthétique ou technique**.

Item, la notion d'art “ différencié „ constitue un non-sens, selon moi.

Il n'y a pas trente-six formes d'art, même s'il y a trente-six mille visions de l'art : il y a l'art et d'autres choses, qui peuvent techniquement s'en rapprocher (voire même, le cas échéant, surclasser le travail de nombreux artistes), mais qui n'en sont pas.

---oooOooo---

De même que la prostitution n'est pas l'amour, le succès ne fait pas l'artiste. L'art n'est pas une marchandise. Qu'une quelconque spéculation fasse “ monter la cote „ d'un artiste est une chose. Que l'artiste, avant même d'avoir ébauché son travail, calque sciemment sa pratique sur les canons de la spéculation en fait un faussaire.

Si, au départ de votre supposée vocation, ne se trouve aucun besoin (ou mieux, aucune envie) irrépressible de “ dire „ à travers une technique artistique, rejoignez plutôt les rangs du Propagandastaffeln : “ faites dans la pub „ ! Vous gagnerez du temps, de l'argent, une certaine reconnaissance si ce n'est une reconnaissance certaine, et, surtout,  un pouvoir inimaginable sur une majorité de vos contemporains.

Par contre, si par l'action conjuguée d'un heureux hasard et d'esthètes touchés par votre travail il vous arrive cette manière de miracle consistant à (sur)vivre de son art, mettez-vous en quête d'un cierge en cire d'abeilles de la plus grande dimension possible et priez pour que ça dure, même si vous êtes un athée convaincu. Accessoirement, je peux vous fournir mon numéro de compte en banque.

Notes

*Pour être spontané (objectif) l'acte (le jugement) devrait être posé par un extra-terrestre débarquant sur terre sans y avoir été préparé en aucune manière et alors même qu'il n'est pas encore sorti d'un véhicule totalement hermétique. Autant dire qu'il est impossible. Le foetus dans le ventre de sa mère est déjà imprégné : ni ses actes, ni ses jugements, fussent-ils infimes ébauches, ne peuvent prétendre à la spontaneité, à l'objectivité.
**L'intention de base était, sans doute, louable à défaut d'être heureuse. Mais il y a fort à parier que, conformément à la loi de grossièreté (plus communément appelée “ loi du marché „), l'étiquette serve désormais bien davantage la spéculation que la mise en valeur d'artistes particuliers ou supposés tels.

Publié dans Ca barde !

Commenter cet article