Ambiorix : l'Ardenne entre dans l'Histoire

Publié le par Patrick Germain

Les faits que je vous invite à (re)découvrir sont exemplaires à plus d'un titre. Car la saga d'Ambiorix, si elle a marqué l'entrée en fanfare de l'Ardenne dans la “ grande „ histoire et failli modifier le cours de celle-ci, reste singulièrement méconnue.

La faute incombe, sans équivoque, aux multiples tentatives de récupérations nationalistes d'une vision de l'univers celtique issue des variations romantiques du XIX° siècle. Les uns ayant tout intérêt à minimiser (quand ce n'est occulter) l'importance de la révolte “ Belge „, les autres à faire d'Ambiorix un héros national ou nationaliste, ont également brouillé les cartes. Beaucoup plus gravement – au sens crétin du terme – qu'Astérix qui, lui au moins, a le mérite de nous faire, vraiment, rire.


Et ce n'est pas fini.

Par ces quelques lignes, quand même j'ai utilisé des ressources fiables pour le faire, je ne prétends rien proposer d'autre qu'une honnête vulgarisation.

Vos commentaires - sensés - sont les bienvenus.

I : L'ARDENNE CELTIQUE

Loin des caricatures romantiques, trop souvent faire-valoir des nationalismes en ébullition au XIXème siècle, les recherches les plus récentes nous permettent de mieux discerner les traits de ce que furent les Celtes et leur civilisation.

Car c'est bien d'une civilisation dont il s'agit : même si leur unification politique ne fut jamais réalisée, les différentes tribus d'origine indo-européenne généralement désignées de nos jours par le vocable de “ Celtes „ partageaient une langue, un mode de vie, un art et des pratiques religieuses très semblables. Très semblables, très évoluées, et en contact étroit avec les civilisations voisines.

Aux confins des périodes de Hallstatt et de la Tène - vers 475 avant l'ère chrétienne – la partie orientale de l'Ardenne est colonisée par une population celtique. Celle-ci s'établit sur un territoire de quelque 1.500 km², englobant les localités de Neufchâteau, Bastogne, Houffalize et Gouvy. Les limites de cette zone sont établies grâce à la présence de leurs tertres funéraires : les “ tombelles „.


L'occupation celtique de l'Ardenne se manifeste également par la présence de fortifications sur des hauteurs naturelles, dont la superficie varie de quelques ares à 12 hectares. Certaines d'entre elles remontent aux VI°-V° siècles avant l'ère chrétienne, d'autres datent - ou ont été remises en fonction - du Ier siècle avant celle-ci.

Soit à l'époque qui nous intéresse particulièrement. Celle ou Jules César va envahir la Gaule et parvenir sous nos latitudes. Y apportant entre autres une manière de civilisation qui lui ressemble, et qui n'a pas fini de nuire.

Une histoire qui, pourtant, a bien failli connaître un tout autre dénouement. Et l'Histoire avec lui.

LES TRIBUS ARDENNAISES

Quelques précisions ne sont sans doute pas inutiles avant de tenter une énumération des différentes tribus peuplant l'Ardenne à l'époque.

La première tient à la notion même d'Ardenne. Car si, de nos jours, les avis divergent à quelques kilomètres près lorsqu'il s'agit de définir les limites de l'Ardenne, il faut se replacer dans le contexte des temps ou César : “ (...) partit lui-même pour la guerre d'Ambiorix, par la forêt d'Ardenne, qui est la plus grande de toute la Gaule, et qui, s'étendant depuis les rives du Rhin et le pays des Trévires jusqu'à celui des Nerviens, embrasse dans sa longueur un espace de plus de cinq cents milles „ Soit quelque 700 km !

Par commodité, j'ai pris le parti de circonscrire l'Ardenne aux limites de la “ hure „ qu'elle dessine par un curieux hasard (?) sur les vues prises par satellite.

Il n'est pas inutile non plus de rappeler que les frontières de l'époque sont autrement poreuses et fluctuantes que celles que nous connaissons actuellement.


Et que, pour corser encore l'affaire, nous nous situons alors au moment de la dernière “ poussée „ celtique d'Est en Ouest, celle des Germains. Aussi les chercheurs parleront-ils souvent de “ tribus celto-germaniques „ pour désigner les arrivants plus récents, au nombre desquels se trouvent les Éburons.

Avec les Trévires, les Éburons constituent les deux tribus les plus puissantes au regard de César. Occupant le nord (Éburons) et le sud (Trévires), ils partagent l'Ardenne avec trois autres tribus notoires - Aduatuques, Condruses et Cérèses – toutes également qualifiées de “ Germani „.

Cette énumération n'est sans doute pas exhaustive : à l'instar des Sègnes, d'autres petites tribus – germaniques mineures ou résiduelles du peuplement antérieur – ont du cohabiter avec celles que l'histoire a particulièrement mises en lumière.

II : LA PLUS TERRIBLE DÉFAITE ROMAINE DE LA GUERRE DES GAULES

En -57 César, adepte du “ diviser pour règner „, émancipe les Éburons de la tutelle des Aduatuques. Mais après la mauvaise récolte de blé de -54, une tension s’installe entre les Éburons et le conquérant qui, à la même époque, fait assassiner le chef Éduen Dumnorix.

Les Trévires jugent le moment opportun pour une grande révolte gauloise. Et ils ont besoin d'une diversion.

C'est dans ce contexte que les Éburons vont attaquer le quartier d’hiver de la XIVe légion romaine. L’attaque échoue. À première vue. Car la ruse n’apparaîtra qu’ensuite, et de telle manière que la simple diversion va devenir l'un des faits d'arme les plus marquants de la Guerre des Gaules.


Les chefs du camp, Cotta et Sabinus, demandent en effet à Ambiorix – instigateur de l'attaque, et qui partage alors la royauté éburonne avec Catuvolcos - les raisons de son comportement : pourquoi les avoir attaqués, alors qu’ils sont en bons termes ? D’ailleurs, que pouvait-il espérer, avec ses faibles troupes, contre la puissance romaine ?

Ambiorix répond qu’il n’a pas eu le choix, qu’il devait attaquer parce qu’il se sentait obligé de collaborer au projet gaulois d’offensive de grande envergure.

Les officiers le remercient de la mise en garde et décident, par souci de sécurité, de se joindre à d’autres garnisons des environs. Les Légions Gemina et Gemina Martia Victis plient les tentes, et abandonnent leurs quartiers.

En chemin, dans une vallée étroite, Ambiorix attaque. Ses tactiques vont infliger aux Romains leur plus sanglante défaite de toute la Guerre des Gaules.


LA GARNISON

Au cantonnement d’Atuatuca on trouve la XIVème légion (Gemina Martia Victis) et la XIIIème légion (Gemina). Cette dernière semble avoir été, au moment des faits, amputée de la moitié de son effectif. C’est ainsi que le chiffre généralement admis est de 15 cohortes présentes dans le camp au moment des faits.

Si l’on se base sur l’organisation de Marius – que César va réformer - une légion se compose de 10 cohortes numérotées de I à X. Les cohortes de II à X sont composées de 6 centuries à l’effectif (quand il est complet) de 80 hommes. La I° cohorte, traditionnellement la plus prestigieuse, est pour sa part composée de 5 centuries à double effectif.

Ce qui nous donne, à effectif complet, 5.120 fantassins pour la XIVème légion, et 2.400 pour la XIIIème dans l’hypothèse suivante : contrairement à la XIVème légion, celle-ci n’a pas été reconstituée à la suite des événements qui nous occupent ; on peut donc raisonnablement supposer que sa I° cohorte se trouvait, en compagnie de quatre autres, détachée. Son Aigle  aura suivi, ou aura été sauvée.

Chaque légion était complétée par un corps de cavalerie disposant de 120 à 300 cavaliers. Il est présent lors du simulacre d’attaque du camp. Mais il n’en est plus question dans aucun des récits de l’embuscade. Le fait est suffisamment significatif pour nous permettre de supposer que la majeure partie de la cavalerie, sinon son entièreté, ne se trouvait pas – ou plus – sur place au moment de l’engagement.

Nous voici donc en présence de 7.520 hommes et de leurs officiers. Ajoutons-y le personnel affecté au transport des bagages, quelques corps de métiers et un bon millier de mercenaires engagés dans les troupes légères de gré ou de force : le chiffre de 9.000 romains ou assimilés dans le campement nous semble raisonnable.

DÉROUTE ROMAINE

Neuf mille. Quittant le camp : “ sur une longue file, avec un nombreux bagage „, précise un César passablement irrité. On laissera aux légions de Rome leur discipline, et leur aptitude à la marche : cette colonne devait s’étendre sur 4 à 6 km. Attaqués dans “ une vallée profonde „. Pas bien loin : “ 2.000 pas environ „. Soit quelque 1.500 mètres, sur base du pas romain (0,741 m). Une distance que les légionnaires franchissent en ¼ d’heure environ, à leur train de marche normal.

Si l’on suit le récit fait par César, sur base de témoignages rapportés par des survivants épuisés à des officiers du camp de Labiénus (plus éloigné que celui de Cicéron, lequel se trouvait à 50.000 pas – 37 km), l’arrière garde et nombre d’autres Romains ne peuvent matériellement pas avoir quitté le camp, au moment de l’attaque.

De fait : “ Parmi eux, le Porte-Aigle Lucius Pétrosidius, pressé par une multitude d’ennemis, jette son Aigle à l’intérieur du retranchement et se fait tuer devant le camp (…) „. À la nuit : “ tous, jusqu’au dernier, désespérant de leur salut, se donnent la mort „.


Les survivants arriveront ensuite pèle-mêle chez Labiénus. Avec l’Aigle de la XIVème légion. Sauvée, puisque César ne tardera pas à reformer cette unité. Ce qui n’eût pas été le cas si son Aigle avait été prise.

Autant de considérations qui nous font entrevoir le fait peu commun d’une armée romaine mal commandée, prise de panique, et dont les unités se trouvent isolées, se débandent ou se réfugient dans un camp qu’elles ne parviendront pas à tenir ensuite.

L’effet de surprise a été total, les troupes d’Ambiorix particulièrement impressionnantes et disciplinées : on est loin des archétypes, et la dégelée est de taille. C’est même LA dégelée de César en Gaule, tant du point de vue des pertes humaines et matérielles, qu'à celui de l’impact psychologique. Quinze  cohortes et leur suite anéanties en quelques heures, ça laisse des traces.

OÙ ?

Soit. Tout ça ne nous dit pas où les faits se sont passés, précisément. Si l’on se fie au récit de César – basé sur des témoignages recueillis, il est vrai, dans les circonstances que l’on sait - trop d’indices ne “ collent pas „ avec une Atuatuca située à Tongres, ou non loin de son emplacement actuel.

La vallée du Geer, une “ vallée profonde „ ? Les Romains, même sous le contrecoup d’une terrible panique, même tentant de se justifier comme ils le peuvent, sont des guerriers et connaissent bien le relief de nos contrées. Ils n’ignorent pas ce que peut être une vallée profonde.

Alors, où ? Faut-il suivre certains historiens allemands lorsqu’ils avancent que « Atuatuca » pourrait avoir été un terme générique, désignant un campement – refuge ? Et qui cherchent le lieu du désastre plus à l’est ?

De fait, d’après César les Éburons n’avaient pas d’oppidum. Le terme “ Aduatuca „ peut donc être local et désigner une place fortifiée, dans le sens de “ refuge „. Cette interprétation ferait occuper au camp des légions de Sabinus et Cotta  un “ castellum „ ou “ Aduatuca „ d’environ 2 hectares et ne correspondrait pas au nom officiel d’une localité gauloise.

Arsène Buchet, dans sa remarquable étude sur “ Verviers, de ses origines jusqu'avant son érection en ville „ nous dit à ce sujet : “ Comme on le sait, le texte (...) de Jules César ne fournit pas d'indications précises permettant d'identifier sûrement le site (...) Depuis le siècle dernier, cette localisation a notablement varié. Après Berg-lez-Tongres, Limbourg, Embourg, Julémont et autres lieux, voici qu'on propose à présent Caster (Lanaye), Balmoral (Spa) et Eschweiler (Aix-la-Chapelle). En ce domaine, il convient de ne pas confondre l'Atuatuca Eburonum avec l'Oppidum ou, en 57 avant J.-C., la peuplade des Aduatiques se réfugia après la défaite des tribus belges à la bataille de la Sabis (la Selle, affluent de l'Escaut) „

L'affaire n'est pas simple à démêler, on le voit. D’autant que le bruit circule, selon lequel le champ de bataille aurait été récemment découvert. Un de plus ? À suivre, donc. En attendant, l’énigme demeure. Et Ambiorix court toujours !

CÉSAR RÉAGIT

Il court même à l'assaut ! Car dans la foulée, avec les Nerviens, les Aduatiques et les Ménapiens, Ambiorix organise un raid contre une autre garnison romaine de la vallée de la Meuse : celle que commande Quintus Cicéron, neveu de Cicéron.

Seule l’intervention de César en personne, à la tête de ses troupes avançant à marches forcées, évitera de peu un nouveau désastre qui aurait sans doute complètement changé la face de l'Europe et considérablement modifié le cours de l'histoire !

Sa vengeance contre les Belgae, terme générique qu’il emploie à propos des tribus du Nord de la Gaule, sera on ne peut plus sanglante. Certains historiens parlent même de génocide. Le pays est dévasté et les femmes et enfants emmenés comme butin de guerre.

Un des rares guerriers à échapper à la strangulation est Ambiorix, qui s’est littéralement volatilisé. Il aurait traversé le Rhin et se serait réfugié parmi les Germains.


Extermination ? Génocide ? Sans doute  César n’épargna-t-il pas les Éburons. Mais le manque de chiffre annoncé dans “ De Bello Gallico „ - où César est ailleurs prolixe lorsqu’il s’agit d'annoncer avec force détails le nombre d'ennemis tués et d'esclaves vendus lors de ses victoires - montre qu’il eut bien du mal de mettre la main sur les Éburons.

En fait ceux-ci, sur ordre d'Ambiorix, prennent le maquis tandis que son armée se divise. Elle va mener pendant plusieurs années une guerre d'usure et de guérilla. En - 52 ils ne sont plus cités pas César ; leur nom disparaît de l'histoire.

Est-ce à dire qu'ils furent remplacés par une autre tribu d'origine germanique : les Tungri ? La chose est peu vraisemblable. Car ni César, ni Tacite, ni aucun autre auteur romain ne mentionnent cette tribu ailleurs que sur le territoire éburon.

En fait il est douteux que les Éburons aient entièrement disparu. Et plus vraisemblable, par contre, qu'ils se soient nommés eux-mêmes “ Tunger „ et que ce nom (désignant la “ langue „ à la fois en tant que telle et en tant que “ parole „) ait été substitué au vocable “ Éburon „ par des survivants sans doute soucieux de se faire un peu “ oublier „ par le conquérant une fois le calme revenu.

III : AMBIORIX EN ARDENNE ?

Ambiorix ne fut donc jamais capturé par César. Celui-ci lui adresse même quelques lignes épiques dans “  De Bello Gallico „. Touché, le Jules, par la personnalité de son ennemi ? On peut en douter. Mais fin stratège : à défaut de pouvoir lui faire subir un sort particulièrement humiliant et cruel, César ne peut avoir perdu la face – et rasé sa barbe en dépit d'un serment - que devant un personnage hors du commun, quasiment mythique.

Alors, Ambiorix en Ardenne ? Pour échapper à la fureur des Romains ? La chose est certaine.

Selon César, la région centrale du pays Éburon se trouve entre la Meuse et le Rhin. Ces fleuves forment les deux côtés d’un triangle dont le sommet se situe, au nord-est, à leur embouchure dans la mer du Nord ; et la base, au sud, en Ardenne-Eifel. Au-delà commence le pays Trévire.

Après le massacre des Légions de Sabinus et Cotta, César contre-attaque puis se livre à une série de représailles sanglantes contre les Éburons, et les Belges en général. Les ralliements, plus ou moins sincères, sont nombreux.

Les Éburons, quand ils ont survécu à la vengeance de César et aux pillages de tribus venues de Germanie, ne constituent plus que l'ombre d'un peuple sur lequel Ambiorix ne peut plus compter.

Bref, c'est un guerrier isolé qui, durant quelques années encore, va échapper aux pièges de César et de ses alliés, tout en poursuivant la guérilla.

Où ? En Ardenne, essentiellement : “ (César) arrête de marcher en personne avec les trois autres, vers le fleuve de l'Escaut, qui se jette dans la Meuse, et de gagner l'extrémité de l'Ardenne, où il entendait dire qu'Ambiorix s'était retiré avec un petit nombre de cavaliers „.

Par ailleurs : “ Les Sègnes et les Condruses peuples d'origine germaine, qui habitent entre les Éburons et les Trévires, envoyèrent des députés à César, pour le prier de ne point les mettre au nombre de ses ennemis... „ Ce qui limite encore le champ d'action “ fiable „ de l'Éburon au sud de la Meuse et à l'est de l'Ourthe orientale.


Précisément, en remontant le cours de l'Ourthe (S) au départ de son confluent avec la Meuse, l'on rencontre successivement les confluents de la Vesdre (E), et de l'Amblève (S-E), avant celui des deux Ourthes, dont la branche Orientale naît à Ourthe, non loin des sources du Glain (ou Salm) lui-même affluent de l'Amblève. La boucle est bouclée.

Est-ce par hasard que la légende locale fait du Steinemann (l'homme de pierre), situé sur le territoire d'Espeler à mi-chemin entre les sources de ces deux dernières rivières, le tombeau de... Cotta ?

UN “ RÉDUIT ÉBURON „ IDÉAL

Tactiquement, ce “ réduit du nord-est „ est devenu le dernier endroit où Ambiorix et ses hommes peuvent vivre dans une tranquillité relative, tout en y poursuivant la lutte. Une base arrière idéale, en fait.

Le relief, particulièrement accidenté, présente à la fois autant de difficultés et de dangers pour l'ennemi, que d'opportunités tactiques et stratégiques pour Ambiorix. Propices aux embuscades, les vallées encaissées y sont surplombées de crêtes et de plateaux constituant autant de postes d'observation. Il y dispose également de points fortifiés, dont certains ont pris de l'ampleur au fil des siècles.

Le terrain, outre sa topographie, est couvert de forêts et de tourbières facilitant la retraite. Et la région est bien située pour lancer des incursions en profondeur vers l'ouest, menées par de petits groupes de guerriers n'ayant plus rien à perdre.


À l'est, le roi pourchassé possède encore quelques alliés chez les Germains ; et les Trévires, au sud, ont une dette envers lui.

Mais aussi, mais surtout, il s'y trouve un argument de poids : l'or !

Celui-ci, alluvial ou natif, affleure partout dans la région. Les vestiges de tertres d'orpaillage, et une mine située non loin de la Baraque de Fraiture, en attestent. De même que la présence de nombreuses fortifications, déjà évoquées.

Sans doute, à l'époque, les filons ont-ils déjà été exploités. Mais tout porte à croire qu'il reste assez de métal précieux. Ambiorix dispose donc de ressources pour acheter les biens nécessaires à la poursuite de la guérilla.

Et le silence, si ce n'est la complicité, des tièdes.

AMBIORIX ENTRE DANS LA LÉGENDE

Combien de temps Ambiorix parvient-il à mener des opérations concertées ? On situe généralement la fin de la guérilla éburonne, organisée, vers 51 avant notre ère. L'indice est de taille.

Rusé et sans pitié, mais ni plus ni moins que les autres chefs militaires de l'époque, Ambiorix était admiré et apprécié par son peuple. Par ailleurs, César ne lui prête pas d'actes de cruauté propres à rallier les hésitants. Sur le point d'être pris par les Romains, ses proches n'hésitent pas à se sacrifient pour le protéger.


Par ailleurs, s'il paraît évident que César, impatient de devenir premier à Rome, a tout intérêt à occulter au plus vite toute trace de résistance en Gaule, il est tout aussi évident qu'un homme tel qu'Ambiorix, en pareilles circonstances, ne peut indéfiniment échapper à la mort, ou décider de sauver ce qui reste de ses fidèles.

Le vainqueur de Sabinus et Cotta, qui y avait déjà un pied, entre alors dans la Légende.

Est-il mort ? En ce cas, ne pourrait-on soupçonner le “ Tombeau de Cotta „ d'être, en fait, celui de son vainqueur ?

S'est-il réfugié chez les Germains qui, on l'a vu, sont tout proches ? Et dont les Éburons sont à tel point parents qu'on les qualifie de “ celto-germaniques „ dans une zone d'interpénétration qui subsiste de nos jours, et dans un contexte ou le terme de frontière n'a, à tout le moins, pas le sens que nous lui prêtons. La démarche serait logique.

Mais rien ne vient étayer une thèse plus que l'autre.

LA LÉGENDE COURT TOUJOURS

Quoi qu'il en soit, César n'obtiendra jamais la tête de son ennemi.

Et il n'est pas douteux que des actes isolés, plus ou moins apparentés à des actions de résistance, ont du perdurer bien après -51. De là à y voir l'ombre d'Ambiorix il n'y a qu'un pas.

Franchi, depuis plus de 2.000 ans et par autant de biais, par la légende. Qui court toujours, et le Roi des Éburons avec elle.

Ainsi le mythique Cheval Bayard est-il intéressant à plus d'un titre. Car il existe d'étranges similitudes entre Ambiorix - par ailleurs chef d'un peuple faisant figurer le cheval sur certaines de ses monnaies -  échappant éternellement à ses poursuivants sur un destrier fougueux, entouré par quatre cavaliers, et la légende des Quatre fils Aymon. Pour ne parler que d'elle.

Mais ça, c'est une autre histoire.

Mab Taran



Note :

Depuis 1866, la statue d’Ambiorix (“ véritable jeu d’erreurs qui concentre sur elle à peu près toutes les idées fausses que s’est fait le XIXème siècle au sujet des Gaulois „ - Source : “ Le Soir „) se dresse sur la Grand-Place de Tongres, la plus vieille ville de Belgique, qui abrite un Musée gallo-romain (www.limburg.be/gallo ). C'est elle - faute de mieux - qui illustre l'article.

Sources :

“ Les Celtes „ EDDL - Paris - 2001 - ISBN 2-23700-484-6 - 710 pages
Jules César “ De Bello Gallico „
“ Wéris, capitale belge des mégalithes „ - Cercle historique “ Terre de Durbuy „ asbl – 2005
Jean-Louis Bruniaux : " Les Druides – des philosophes chez les barbares „ - Le Seuil – 2006 – ISBN 2.02.079653.8
Gerald Messadié : " Histoire naturelle de Dieu „ - Robert Laffont – 1997 – ISBN 2-221-07988-4
Henri Gratia : " Au Coeur de l'Ardenne mythique „ - Weyrich – 2002 – ISBN 2-930347-10-4
Le Robert Historique de la langue française

Sur la Toile :

http://www.museedesceltes.be/fr/index.php
http://home.scarlet.be/~natuured/hautesfagnes/texteshautesfagnes/8filonor.htm (Or en Ardenne)
http://perso.wanadoo.fr/jean-francois.mangin/z_index_romain.htm  (De l’antiquité au moyen-âge)
http://fr.wikipedia.org/wiki/Accueil (Wikipedia)
http://www.net4war.com/index.htm  (Champs de bataille)
http://www.romanarmy.net/ 
http://www.roman-britain.org/main.htm
http://eburons.canalblog.com
http://www.atuatuca.de/v2/infos/francais.php

Crédit photos :

romanarmy.net
eburons.canalblog.com
... et Patrick Germain

Publié dans Celtiques

Commenter cet article

Djems 12/09/2013 19:32


Excellent article! Je suis moi-même celtologue spécialisée sur le second âge du Fer en Ardennes! Et j'aimerais que les archéologues ou historiens écrivent aussi bien et simplement leurs articles,
ce serait tellement plus agréable.


Bref, j'ai pris un réel plaisir à vours lire (pour une fois que l'on met César en mauvaise posture, j'aime!). Et je me dis en lisant vos lignes que la Belgique n'a pas changée en deux mille ans,
nous sommes toujours celto-germaniques quelque part! 

Robin 12/06/2012 08:20


Salut !

C'est un plaisir de lire ces lignes, j'ai moi-même effectué quelques petites recherches de mon côté, mais rien de bien concluant.

Les allemands auraient identifié Atuatuca à Nideggen (Allemagne), mais il n'y a pas énormément de preuves archéologiques. Un historien néerlandais, A. Munsters et son compatriote H. Spierts
pointent la bataille en direction d'un val entre 2 villages aux Pays-Bas : Magraten et Sint-Geertruid. 4 km au sud de Honthem ces villages, dans le village de Libeek, ils identifieraient des
tombes anciennes comme celles de Sabinus et Cotta.



Conclusions personnelles : Je ne sais pas ce que cela vaut, mais sur Google Earth, je n'ai pas fait attention à un val particulier. Néanmoins, il existe à l'ouest des villages cités un bois où un
creux assez conséquent apparait comme tout à fait plausible car la dénivélation est de plus ou moins 20 mètres. Ce bois descend parallèlement à la Meuse. Les Romains passèrent peut-être par là en
voulant remonter le fleuve (et peut-être passer par le guet de Jupille ?)

PS : Au nord du bois sus-cité, j'ai trouvé une photo prise par quelqu'un montrant les restes d'un anciens mur/ fortification. Serait-ce d'origine romaine ? Voici les coordonées :

 50°49'17.58"N


 5°46'27.32"E

Thierry des ...Eburons 15/04/2009 18:46

Ahhhh Que du plaisir en ces lignes ! Dans le fait que je n'ai à ce jour, pas vu de meilleur résumé de ce pan capital ( et oublié ) de notre histoire que d'aucun s'évertue à, soit ignorer, soit à regarder du haut de leur condescendance le sourire au coin des lèvres ...Je veux croire, pour ma part qu'entre une vénération nationaliste béate et une désafection totale du respect le plus élémentaire pour notre histoire et nos racines ( notre filiation ancestrale profonde ) il doit exister une voie du milieu ...La simple reconnaissance d'un Peuple et son Chef, Ambiorix véritable personnage exemplaire , oblitéré par un Vercingétorix piètre stratège .....
merci pour ce texte

gg 19/02/2009 15:35

Bel article qui me fait regretter, une fois de plus, notre incapacité à voyager dans le temps...Je me suis un peu mélangé les pinceaux dans les cohortes et autres centuries, mais le résumé du combat me convient : «LA dégelée de César». Voilà qui me parle !Il faut espérer qu'au-delà de notre vie physique, il nous sera possible de connaître tous ces mystères, de voir, de savoir cela et tout le reste.Je nous le souhaite.