Femme, la pub est ton écrin !

Publié le par Patrick Germain

Ce n'est un secret pour personne : j'addooooore la pub ! Non, sans déconner, c'est une mine d'érudition, la pub. Ça t'apprend plein de choses. Sur les femmes, par exemple. Pas à dire : deux plages de pub, et t'es ferré !

Or donc, ô Femme mon Amour, Reine de mes pensées, ma Biche, mon Eau Vive, grâce à la pub je sais désormais que : quand tu ne souffres pas de ballonnements, plus ou moins accompagnés de flatulences, c'est que la constipation te guette. Il paraît que tu ronfles, aussi. Parallèlement, alors même que tes cheveux cassent, les rides se creusent et ta peau s'avachit. Ça te fait d'autant moins rire que si tu n'es pas concernée par les règles douloureuses et les fuites qui t'empêchent de te lever dans les aéroports, te voici qui affrontes les bouffées de chaleurs, l'ostéoporose et le dentier qui se décolle. Tes vitamines foutent le camp. Moralité, tes radicaux libres se tapent sur les cuisses. Sans cellulite, les leurs. La migraine, ça va : fidèle au poste. Une petite mycose, en sus ? Normal. Et j'en passe, j'en passe...

D'accord, et grâce à la pub toujours, je sais qu'il y a des produits "pour" quand ils ne sont pas "contre". Mais ça coûte la peau des fesses, ces trucs !
Et ça n'empêchera jamais l'inexorable naufrage qui mine de mille manières - plus ragoûtantes les unes que les autres - le délicieux esquif de ton être depuis le plus jeune âge, d'arriver à son terme ! Si ça se met, c'est contagieux. Et, en tout cas, je t'aime trop pour te voir souffrir.

Bref, Anne-Sophie, ne me remercie pas : cette nuit, promis, je t'achève d'un coup de revolver !

Et ne viens pas insinuer que moi aussi je pars en vrille à plat direction la poussière. T'as déjà vu une pub parler prostate, toi ?

Allez, merci, les fils de pub ! Et, surtout, continuez de nous faire rêver !

Publié dans Ca barde !

Commenter cet article