Raconteroûle so lès Massotês d'Bâclin (V.O. sous-titrée)

Publié le par Patrick Germain


Que leur langue raconte, comme elle fit jadis le soir à la veillée, l'histoire des anciens qui se tint à Bâclain au Pays de Gouvy : celle de ce lutin épris d'une mortelle. Elle est dessous traduite mais apprenez-le vite, ce beau wallon d'Ardenne qui parle du passé en traçant l'avenir.

massotai.jpg

I n-a d' çoula bin longtimps, d'à l' copète dè l' Rotche qu'on loume dispôy qui l' monde èst monde "lu Trô dès Massotês", à Bâclin, onk du cès capons-là qui lodjive po-d-là lès tièrs fourit esblawi po eune nozêye pitite do viyèdje.

Ele wârdève lès vatches ozès wêdèdjes d' avâ-là. Elle èsteût av'nante èt tote mamêye avou dès tchifes bin roselantes, dès blawètes divins sès-oûys qu'èstit d'eune doûce coleûr du neûje, dès bês longs tch'vès chatin bin pîgnés èt bin astiketés d'zos on fris' norê à cwârês bleûs èt blancs, nokî d'zos s’ minton. A dîre vrêy, eune pitite déyèsse èstoûrdihante èt scriante à sohêt.

Po-z-ataker, nosse matrotchèt su continta dè l' riwêtî, l' boke â lâdje. Pwîs, bin vite, i n'ourit qu'lèye o s' tiesse. Insi, i d' moréve dès-eûres â long stindou â solo, s' minton raspoyî so sès mins, sès-idêyes batant qu'arasse avâ lès nûlêyes.

On djoû qu' lès djon.nês dè viyèdje toûrnint âtoû du ç' bèle-là, i tûza qu' l' âreût bin volou èsse à leû plèce èt i 'nnè toûma djalos, grognon djusqu' à div'ni cagnèsse: çoulà n' plève pus durer. I 'nnè pièrdève sès hozètes.

Tot-èshandi èt so l' réson du rapwèrter lès solés qu' èstint r'mètous à noû, i wèza s' èhardi djusqu' à l' mohone dè l' cisse qu' i loumève si binamêye 'mon-keûr'. Du pus', i r'tchâssa à sès frês tote lu famile. Bin pus', i fâ, po l' cisse qu' i vèyéve voltî â trèfond du s'coûr, dès solés galiotés du crèneleûres èt d'adjoûr, tot parèys â cès qu' Cendriyon aveût qwand èle rèscontra s' Prince Charmant. Si bin qu'à totes lès feumes du Bâclin, ça l'zî grawéve è vinte.

massote_baclain_village.jpg

Mins totes cès manîres-là di fé du nosse djône galant n' éstît nin vèyowes d' on bon-û dès parints èt min.me dè l'djône fèye. On qwéra don lu moyin du s' è mète qwite sins l' kibouter d' trop', sins qu' i n' vèyasse rin, ca on k'nohève lès mistèriyeûs pouwèrs du cès droles du pèrsonèdjes-là, mitan Dju, mitan Djâle, èt on-aveût eune fameûse sogne du leû vindjince. Po trover on r'mède à l' situwâcion, on-ala trover on bièrdjî. Lès vîs bièrdjîs d'Ârdène ènnè savèt brâmint so totes lès sôrts d'histwère. Is vikèt è plin.ne natûre, is sont-st-èn-acwèrdance avou lès fwèces du l' êr, dès bwès, do sol et d' l' êwe. Is possédèt lès mots qu'i fât dîre èt lès majikès manîres qu'ont r'çû d' leûs tâyes. Lu proûve, on lès loume lès binamés macrês. Nosse bièrdjî consîa du mète dès blamants tchèrbons bin rodjes tot-âtoû d' l' ésse dè l' tchiminêye èt ossi tot-avâ d'zèls, dès chêfes d'oû rimplis d' pan trimpé d'vins do seûr lècê, dès pètèyès crompîres èt dè l' djote â lârd.

Qwand nosse djône hanteû, bin acan'dôzé come po on dîmègne, si présinta avou d' îdêye du fé si d' mande, à pône passé l'ouh èt vèyant lêu manèdje abistoké d' one si èwarêye èt mâplêhante manîre, i comprinda so l' côp lu poqwè d' tot çoula. I potcha sins rawârder foû d' sès clicotes èt i rotcha tot s' vènin: "Mès visites ni v's-ahayèt nin. D' acwèrd, vos n'mu veûroz djamây pus, mins vos wârd'roz sov'nance du mi. Vos florihances ont v'nu pâte à pâte, mins vos maleûrs vos vinront djâbe so djâbe". Et i r' clapa l'ouh. Totes èstoûrdîyes èt tronlantes du sogne, lu mame èt s' fèye ârint bin volou cori après po l' raminer èt rapâfeter, mins l' père lès-arèsta sins pus d' manîre.

Du ç'djoû-là, nou Massotê n' a stî r'vèyou à Bâclin.

Pô d'timps après, lès misères ont-st-arouflé du tos lès costés, lès vatches tapint bas, lès porcês atrapint l'feu-sint-Antône, lès grins èstèt grêlés, li père crouha s' djambe. I n' fala nin longtimps po qu' tote lu famile èt tot

l'viyèdje ni s' ritrovasse so flote lu cou è l' êwe.

Ureûsemint qu' o djoû d' oûy, i n-a pus qu' èl raconteroûle qui d'mane o l' ménwère du tos lès-abitants do viyèdje…

(Adaptation par un auteur inconnu)

massotai

La légende du Massotê de Bâclin.

Il était une fois, il y a bien longtemps, au-dessus du rocher que l'on appelle depuis que le monde est monde, " Le Trou des Massotês " à Bâclain, un des lutins qui habitait au-delà des collines, fut ébloui par une gentille petite du village.

Elle gardait les vaches dans les pâturages des environs. Elle était attirante et toute mignonne avec des joues bien roses, des étincelles dans les yeux qui étaient d'une douce couleur noisette, de beaux longs cheveux châtains bien peignés et bien arrangés sous un frais mouchoir à carreaux bleus et blancs noué sous le menton. A la vérité, une petite jeunette étourdissante et souriante à souhait.

Au début, notre Massotê se contenta de la regarder, la bouche bée. Puis, bien vite, il n'eut plus qu'elle en tête. Il restait des heures étendu au soleil, le menton posé sur les mains, les idées dans les nuages.

Un jour que les jeunes gens du village tournaient autour de cette demoiselle, il se dit qu'il aurait bien voulu être à leur place. Il devint jaloux, grognon jusqu'à devenir taciturne. Cela ne pouvait plus durer, il en perdait la tête et son bon-sens.

Tout émoustillé et avec comme prétexte de ramener des souliers remis à neuf, il osa s'enhardir jusqu'à la maison de celle qu'il appelait sa " bien-aimée ", son " adorée ". De plus, il rechaussa, à ses frais, toute la famille. Bien plus encore, il fabriqua pour l'élue de son coeur des souliers ornés de décorations et de découpes, pareils à ceux dont Cendrillon était chaussée le jour où elle rencontra le Prince Charmant. Les souliers étaient tellement beaux que toutes les femmes de Bâclin étaient jalouses de la chance de la demoiselle.

massote_baclain_ambiance.jpg

Mais toutes les manières de ce prétendant n'étaient pas vues d'un bon oeil par les parents ni même par la jeune fille. On chercha donc un moyen de se débarrasser du lutin sans qu'il s'en rende compte, sans trop le secouer car on connaissait les mystérieux pouvoirs de ces drôles de personnages, mi-Dieu, mi-Diable et on avait une peur terrible de leur vengeance.

Pour trouver remède à cette situation, on alla prendre conseil auprès d'un berger. Les vieux bergers d'Ardenne connaissent beaucoup de choses sur toutes sortes d'histoires. Ils vivent en pleine nature en accord avec les forces de l'air, des forêts, de la terre et de l'eau. Ils possèdent les mots qu'il faut dire et les secrets reçus de leurs ancêtres. La preuve : on les appelle " Les biens-aimés sorciers ".

Le berger consulté conseilla de placer des charbons ardents tout autour de l'âtre de la cheminée et également de mettre partout des coquilles d'oeuf remplies de pain trempé dans du lait tourné, des pommes de terre cuites sous la cendre et du chou au lard.

Notre jeune courtisant, dans ses plus beaux habits de dimanche, se présentât avec l'idée de faire sa demande. A peine passé la porte, il se rendit compte de la manière étonnante et déplaisante dont le ménage était arrangé et il comprit vite le pourquoi de tout cela. Il se mit dans une colère épouvantable et cracha son venin en disant " Mes visites ne vous conviennent pas ? D'accord, vous ne me verrez jamais plus, mais vous garderez souvenir de moi. Vos bonheurs sont venus tout doucement, mais vos malheurs viendront à toutes jambes". Et il claqua la porte. Tout étourdies et tremblantes de peur, la mère et la fille auraient bien voulu courir après le lutin pour le ramener à la maison et le consoler, mais le père les en empêcha.

A partir de ce jour on ne vit plus aucun Massotê à Bâclin.

Peu de temps après, les misères arrivèrent de tous côtés : les vaches avortèrent, les cochons attrapèrent le feu de Saint-Antoine, les récoltes furent grêlées et le père se cassa une jambe. Il ne fallut pas longtemps pour que toute la famille et tout le village se retrouve dans la guigne la plus totale.

Heureusement qu'aujourd'hui, il n'y a plus que les légendes qui restent dans les mémoires des habitants du village...


(Le portrait original du Massotai est l'oeuvre de David Caryn, d'après nature)


massotai


Publié dans Légendes ardennaises

Commenter cet article