Une vielle dame au sommet : la Weiße Stein, à Mürringen

Publié le par Patrick Germain


À l'échelle des temps géologiques, le mystère des pierres dans toute sa réalité vaut bien ceux des légendes. En route pour le deuxième point culminant de Belgique : la “ Weiße Stein „ nous attend, du côté de Mürringen (Bullange), avec son histoire.

weisse stein 28-copie-1
Quittant Büllingen (Bullange) par la route 632 en direction de la frontière de Losheimergraben, le Pèlerin attentif que vous êtes ne manquera pas de remarquer quelques panneaux indicateurs invitant à la découverte de la “ Weißer Stein „. Une “ Pierre Blanche „ dont nous avons déjà mentionné l'existence en ces pages puisqu'elle culmine à 693 mètres d'altitude, dans la “ Boksvenn „ (fagne du bouc / brocart) de Mürringen, ce qui en fait le deuxième sommet de Belgique.

weisse stein 09
Nous nous conformerons aux directives en vigueur : sauf autorisation d'un membre de la DNF, c'est à pied que nous parcourrons les derniers hectomètres, sur un chemin dont la netteté et la déclivité relativement tranquille permettent de s'imprégner de l'ambiance des lieux. Car nous entrons ici au pays du mystère. Des mystères.

UN OCÉAN DE MYSTÈRE(S)

Mystère : quelle force peut bien attirer ici, depuis la nuit des temps, autant de visiteurs ? Car cette “ Pierre Blanche „ est plutôt grise, et son mètre cube perdu au milieu d'une fange. Rien de très spectaculaire, donc. Pourtant. Pourtant, il se “ passe quelque chose „ à son approche. Mémoire des pierres ? Certains historiens prétendent que la Weiße Stein aurait reçu les hommages des tribus Celto-Germaniques présentes sur ce territoire. Hypothèse. Tout comme l'affirmation selon laquelle cette pierre serait unique en son genre dans l'aire européenne.

weisse stein 06
Mystère. Attirance inconsciente des terriens bien ancrés vers un lieu jadis recouvert par l'océan ? Car la réalité, décryptée par le professeur Wolfgang Römer (Université d'Aachen), ne manque pas d'air non plus : voici trente millions d'années, la mer présente sous ces latitudes s'est retirée, déposant dans les dépressions du terrain des agglomérats d'alluvions. Un climat sec et chaud, sur un terrain chargé d'acide silicique, ont ainsi formé des pierres isolées principalement composées de fines grenailles quartzeuses (0,1 à 1 mm) et des graviers quartzeux clairs mesurant quelques centimètres.

weisse stein 08
La plupart de ces pierres ont disparu, usées par l'érosion et les phénomènes mécaniques. D'autres y ont échappé, se couvrant au fil du temps de lichens, de mousses leur donnant une teinte grisâtre. Notre Weißer Stein – lire Weisser Stein – en fait partie.

C'est donc pour le moins à une très vieille dame, têtue comme une ardennaise, que nous rendons visite. Comme souvent, nous préférerons présenter nos hommages à un lieu en ces heures où la quiétude est de mise. Manière de tout percevoir de l'ambiance, de recevoir ce que l'endroit peut donner.

Une cabane fort bien entretenue permet de se poser un instant à l'abri des éventuelles intempéries. Elle n'est pas la première construction en son genre, ici.

weisse stein 22-copie-1
Quelques mètres plus loin, un panneau explicatif relate l'histoire d'une baraque de contrebande qui fonctionna – fort bien – en ce lieu désolé jusque dans les années trente. Précurseurs des établissements que l'on rencontre aujourd'hui sur une autre frontière pas très éloignée, les instigateurs de cette maison de commerce particulière y offraient tout ce dont on peut rêver par-delà les limites des états lorsque la fiscalité de ceux-ci diverge fortement. En l'occurrence, les citoyens allemands n'hésitaient pas à s'enfoncer alors dans la forêt profonde pour y faire des emplettes de café, beurre, tabac et autres jambons alors moins chers en Belgique.

milan-royal.jpg
Il y a donc matière à faire silence, du côté de la Weiße Stein. Car ce que le vent des légendes ne racontera pas, quelque chevreuil farouche, quelque rapace vénérable, viendra peut-être vous le dire. Bonne écoute, Pèlerins !


Publié dans Ardennne

Commenter cet article

Gérard 23/01/2010 23:46


J'aurais aimé t'accompagner...