Adon

Publié le par Patrick Germain


Qwand dj'årè tant vèyou, inte lè fintes di mès oûyes,
qui dji n'nè srè nåhî d'aveûr vûdî mè låmes
à fwèce d'èn'ne assoti dèl bièstirèye des omes ;
qwand dji m'dirè qui d'main n'apwè'trè rin d'pu qu'oûye ;

qwand lè tchants dè pésons è lè coleûrs delle vèie,
li boneûr di stûdi, d'inmer è l'ci di m'bate
po l'sorire d'on èfant qui s'dispiè'te è qui tchante,
po l'dgèsse, tot simplumint, por on pô d'agalèie,

pièdront po mi leu fwèce, qui dji n'årè m'pètèye ;
adon, mohèye sitêule, dj'aprustèyerè bin rate
li malkê d'çou dj'a d'né, si lèdjîr qwand on l'pwa'te
è qu'è tot çou qui d'mane qwand l'piéce è terminèye.

Dji n'n'årè tant vèyou, inte lè fintes di mès oûyes ;
mè qu'ine fleûr, eune apreume, florisse di mè låmes :
adon dji porè m'dîre qu'ome å mitan des omes
d'jårè fé çou qu'dji pou, è qu'dumin srè mî qu'oûye.


Tot tûsant à vos, Nicolas Meunier, "grand-pére Nimbus", siteûle di mi èfance.


Publié dans Wallonismes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

jean-paul leclercq 08/01/2010 18:00


ça aussi c'est superbe !


gg 13/02/2009 13:59

très joli.